• rzmapsafrique

COVID_19 : La CSI-Afrique appelle l’Union Africaine à déclarer la guerre à l'ennemi invisible

Dans une lettre adressée ce 17 avril 2020 au président en exercice de l’Union Africaine (UA), Cyril Ramaphosa, le Secrétaire Général de la section africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique), Kwasi Adu-Amankwah a demandé aux dirigeants du Continent de « déclarer la guerre au nouveau corona virus, ennemi invisible qui risque de ravager nos sociétés ».



Tout en saluant les efforts déployés actuellement par l’UA et les pays africains pour circonscrire la pandémie, le N°1 des syndicalistes africains rappelle la vulnérabilité des conditions de vie et de santé sur le continent : « L’Afrique est connue pour le mauvais état de ses infrastructures sanitaires ; les mauvaises conditions d'assainissement et d’hygiène ; l'insuffisance de l'approvisionnement en eau potable et en électricité ; l’insuffisance du système d'éducation de masse ; la mauvaise qualité de logements ; la congestion urbaine ; l'absence généralisée de protection de revenu ; et l'explosion de l’économie informelle. A ces problèmes s’ajoutent le niveau assez bas de respect des droits humains et démocratiques ; ainsi que le recours insuffisant au dialogue social pour résoudre les problèmes du continent. » a-t-il déclaré dans sa lettre.


Le camarade Kwasi Adu-Amankwah qualifie de « timides » les mesures prises par les Etats africains pour éviter la propagation de la maladie et appelle à « une mobilisation totale » de tous, au risque de ne « pas survivre à cette crise et se tailler une place adéquate dans le nouvel ordre mondial qui se profile, si nous continuons avec la routine habituelle ».


« Nos gouvernements doivent faire preuve de leadership politique, en rassemblant les différentes forces politiques et les différents groupes de la société civile en vue de nous amener à conjuguer nos efforts dans cette période difficile. Il est temps pour nos gouvernements de tendre la main à nos communautés scientifiques ; à nos entrepreneurs et dirigeants d’industries ; aux syndicats et associations professionnelles ; aux associations de jeunes et autres. Les dirigeantes et les représentantes de nos organisations de femmes méritent également une attention particulière dans tous les efforts de mobilisation de masse, compte tenu de leur forte présence dans l'économie informelle dans la plupart des pays africains et leur rôle central en ce qui concerne la survie des ménages. Les gouvernements sont invités à travailler en étroite collaboration avec tous ces groupes pour trouver des solutions créatives à la crise à laquelle nous sommes confrontés et pour exiger les sacrifices nécessaires dans la période actuelle. » a indiqué le Secrétaire général de la CSI-Afrique.


A travers cette lettre, la CSI-Afrique demande à l'Union africaine d'élaborer des lignes directrices relatives à une douzaine de points entre autres, l'imposition de restrictions sévères sur les activités sociales afin de prévenir la propagation du virus dont le confinement total, l’identification claire des biens et services essentiels qui doivent être produits et distribués pour assurer la survie des personnes soumises aux restrictions et au confinement, les garanties nécessaires en termes de mesures de sécurité, de protection et d’incitation pour les travailleurs chargés de la prestation des biens et services essentiels, l’encouragement de tous les pays à mettre en œuvre des mesures visant à protéger et à soutenir les entreprises et les travailleurs.


L’intégralité de la lettre est à lire ici sur le site du Réseau Zonal Multi-acteurs de protection sociale en Afrique.

Contactez-nous

Réseau zonal multiacteurs de protection sociale en Afrique (RZMAPS-Afrique)

TÉL: 00228 92 70 10 23

​EMAIL:  rzmapsafrique@gmail.com